Stade Malherbe Caen Féminin : site officiel du club de foot de Caen - footeo

Anaïs Bounouar, femme de caractère

28 décembre 2020 - 20:57

Alors qu’elle vient de souffler sa 30e bougie, Anaïs Bounouar est à la tête de la section féminine du Stade Malherbe Caen depuis déjà 18 mois. Celle a qui on promettait une grande carrière de joueuse a raccroché les crampons à seulement 24 ans. Portrait.
  • Saint-Etienne, ville de cœur

« Je suis née à Saint-Etienne, à cent mètres du stade Geoffroy-Guichard. C’était un soir de match entre l’ASSE et l’AS Cannes, mon père n’avait pas pu aller au stade, c’est une anecdote qu’il sort souvent. Toute ma famille est de Saint-Etienne et le football est un peu une religion que ce soit du côté de ma mère ou de mon père. On a suivi mes grands-parents à Rennes quand j’étais petite, j’avais à peine deux ans mais j’ai toujours été très attachée à la région de Saint-Etienne. »

  • Le quartier, école de la vie

« On faisait beaucoup d’allers-retours entre Rennes et Saint-Etienne. On a toujours habité dans les quartiers populaires dans les deux villes, ce sont mes meilleurs souvenirs. J’avais tous mes potes, on jouait en bas de l’immeuble de 10h à 22h pendant les vacances, une fille qui joue au football c’était un peu plus démocratisé à Saint-Etienne. Le quartier c’est quelque chose qui me correspond aujourd’hui, j’aime ces valeurs familiales et de fidélité. C’est quelque chose que j’essaie d’inculquer en tant que coach aujourd’hui. »

  • Le judo avant le football

« Ma maman n’était pas pour que je fasse du football, elle avait un peu peur, ce n’était pas quelque chose d’ordinaire dans les clubs. J’avais besoin de me défouler et de me canaliser donc j’ai fait un an de judo mais je passais mon temps à faire du football. Dès la première séance, ma mère savait que c’était fait pour moi. Je me souviens encore de mon premier entraînement, c’était à Bréquigny, j’étais la seule fille mais je passais mon temps sur les terrains. »

  • Le football, une histoire de famille

« Je suis l’ainée, j’ai une sœur de 24 ans qui a fait du football et un petit frère de 17 ans qui joue lui aussi. On allait à Geoffroy-Guichard avec mes oncles, on rentrait un peu comme on voulait, on connaissait tout le monde. Mes oncles sont encore coachs aujourd’hui dont un qui entraîne en National 3 dans le région de Saint-Etienne. Mon père a été au centre de formation de l’ASSE et il a été coach par la suite. »

  • Souvenirs des années 1990

« Je suis née en 1990, j’ai été bercée toute mon enfance par Ronaldo El Fenomeno, David Beckham et Zinédine Zidane. Le football féminin n’était pas encore développé, je m’identifiais beaucoup aux grands joueurs en fonction de mon poste, je jouais surtout devant ou au milieu de terrain. J’avais huit ans en 1998 et j’ai pleinement vécu la Coupe du Monde, surtout avec ma famille. J’étais l’une des seules à pouvoir regarder un match en entier, je n’allais pas me coucher à la mi-temps. »

 

Suite et fin de l'interview sur smcaen.fr

Commentaires